Institut du Genre

Groupement d’Intérêt Scientifique dédié aux recherches françaises sur le genre et les sexualités.

Accueil > fr - Français > Le GIS Institut du Genre > Laboratoires partenaires > Langues, Littérature, Linguistique des universités d’Angers et du Maine (3 L. (...)

Langues, Littérature, Linguistique des universités d’Angers et du Maine (3 L. AM)

jeudi 13 novembre 2014, par Isabelle PASTOR-SOROKINE

Unité de recherche (EA 4335) rattachée à l’Université d’Angers et à l’Université du Maine.

Le laboratoire 3L.AM est une équipe pluridisciplinaire réunissant des chercheurs littéraires, civilisationnistes et linguistes, spécialistes de différentes langues (anglais, allemand, espagnol, français, italien) donc d’aires géographiques, de littératures et d’époques différentes. Cette équipe est aussi bi-site : elle accueille des chercheurs des Universités d’Angers et du Maine.

Cette équipe s’intéresse plus particulièrement aux rapports problématiques qu’entretient l’œuvre d’art avec le réel, ou la mémoire du réel. En effet, en se penchant sur divers objets d’analyse, on observe combien la frontière est de plus en plus floue entre les genres et entre les catégories, ce flou constituant la richesse et la spécificité de l’œuvre étudiée. Le récit, perçu comme un reflet du réel ou comme un témoignage historique par le lecteur grâce à certains marqueurs, est en totalité ou en partie un récit de fiction, et les époques se mélangent, contribuant à mettre davantage en question la séparation entre le présent et le passé, le réel et l’imaginaire. Ces relations, souvent plus complexes qu’il n’y paraît au premier abord, peuvent être mises en évidence par l’analyse des structures et des procédés mobilisés pour construire les récits, ou plutôt par l’examen de la grande variété des récits.

L’équipe regroupe des chercheurs spécialistes de différentes langues : anglais, allemand, espagnol, français, italien, donc d’aires géographiques et de littératures, ainsi que d’époques différentes.

La notion de récit est étendue au sens large : le « récit en paroles », bien sûr, comme le roman, la nouvelle, le théâtre, voire la poésie, en incluant également des récits que leurs auteurs présentent comme non-fictionnels : les mémoires, les biographies, les auto-biographies, ainsi que les correspondances et les documents d’archives. Cependant, il est nécessaire d’élargir le champ du récit à celui du « récit en images », c’est-à-dire le cinéma. Et, dans le domaine cinématographique, les progrès techniques permettent de mener très loin les interrogations sur les frontières entre réalité et fiction, présent et passé, histoire et actualité.

Correspondante pour l’Université d’Angers : Gaëlle SEMPE

Correspondant pour l’Université du Maine : Ben LEBDAI

Site du 3L.AM